Select Page

Democratic Republic of Congo Forums Food for thought Congolese Should Stop worshipping their pastors

last updated by Congo 2 years ago
1 voice
7 replies
  • Author
    Posts
  • #48404
    Congo
    Keymaster

    STUPIDITY is when you don’t have a bicycle and you give your last penny to your pastor to buy a jet.

    STUPIDITY is when you can’t pay your children’s school fees and yet have money to contribute to your church to build expensive schools which your children will never attend.

    IDIOCY is when you refuse to take your very sick child to the hospital because your pastor said you should not do so, yet that same pastor secretly runs to USA for medical attention any time he has a headache.

    STUPIDITY is when you see a poor beggar on the road and you refuse to give him 500 shillings out of the 5000 shillings in your pocket because it is your tithe money….

    YOU are a zombie when you trek, dance and gallivant for 30 kilometres under the hot sun sweating and smelling like poo during your revival program, while your pastor is inside a full option, factory fitted air conditioned state of the art SUV with his delectable wife slow driving.along the road.

    IGNORANCE is when you believe it when your pastor tells you not to live a worldly life, yet he enjoys all the best things in the world; the fine houses, cars, jets, babes etc, while you are waiting till you get to heaven to enjoy your own….

    STUPIDITY is when your pastor gives you a bottle of olive oil, water and a sticker of his photo to protect you from danger yet for him is guarded by body guards armed with guns.

    Congolese please, stop worshipping your pastors!!! Stay focused on God. And learn to study the word of God and not Men!

    #48409
    Congo
    Keymaster

    Advantages enjoyed by Alias ​​Joseph Kabila after his imposture at the head of the country

    Should we laugh and die? It is the hospital that laught at the charity. By tribal coterie, to help Felix Tshilombo Bizimungu to debunk the system of predation, “Momo” Modeste Mutinga proposes the creation of a national prosecutor’s office, not only to fight against corruption, but also hunt down all economic criminals white-collar! Hilarious ! “Momo” Modest Mutinga is still walking with his two legs known to all: Fourberies and Rogue, what good can he propose! His custom-made law, impunity and tremendous benefits, to Alias ​​Kabila was it to fight corruption? “Momo” Modeste Mutinga did not contribute to the descent of hell from the DRC? Congolese live on less than a dollar a day, they complain that Alias ​​Kabila is entitled to $ 680,000 each month. Is not it “Momo” Modeste Mutinga who granted Alias ​​Kabila so many advantages, as former president?

    President of the famous High Authority of the Media (HAM) of 2002-2007, “Momo” Modeste Mutinga had transformed this institution of support for the democracy, in “Strangle of Freedoms”. “Momo” Modeste Mutinga had muzzled journalists, gagged media and opponents. “Momo” Modeste Mutinga Mutuishayi will go so far as to cancel the democratic debate inscribed in the Constitution that was to oppose Jean-Pierre Bemba to Alias ​​Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, the two candidates who came in the running for the second round of the Louis Michel 2006 presidential election Alias ​​Kabila will thank him by naming “Momo” Modeste Mutinga, Senate Rapporteur! Corrupted by regime in place, he will make the elevator to Alias ​​Kabila and protect him. He owes everything to Alias ​​Kabila, he will lay in the Senate”The Modeste Mutinga Law on the Status of Elected Former Heads of State .” “Momo” Modeste Mutinga Mutuishayi has put together a bespoke law, and the worst of it is that begging journalists, “Coupagistes” and “Thuriféraires” have praised this accursed law , while “Momo” Modeste Mutinga, the ventriote-Libumucrate, is in the cauldron of Kanambeïste feeder since he was President of the High Authority of the Media (HAM)!

    The election Louis Michel 2006, was the first election hold-up of Alias ​​Kabila. That of November 28, 2011, was the second an election hold-up. The DRC has never had a free, democratic and transparent election. And the election of December 30, 2018 has given rise to an ELECTORAL NOMINATION Felix Tshilombo Bizimungu, due to a mafia deal.

    Here are the 15 material advantages enjoyed by Alias ​​Joseph Kabila after his imposture at the head of the country:

    1. The former President of the Republic elected shall be entitled to a special monthly pension exempt from all taxes. This takes effect at the effective installation of the newly elected president;

    2. An annual allowance for services rendered to the nation;

    3. A decent housing provided by the State or a housing allowance;

    4. A diplomatic passport for himself, his spouse and minor children;

    5. Of two vehicles, one of which is of a function and another of domestic use;

    6. A security service with a significant logistical means including: – at least 2 bodyguards, – 3 elements of his suite and – a section responsible for the custody of his residence;

    7. Domestic staff whose number may not exceed 10 persons;

    8. Office premises for itself and for its secretariat, the number of which may not exceed 6 persons;

    9. Monthly fuel endowment;

    10. Monthly allowance for water, electricity and telephone charges;

    11. Health care at home or abroad for the Republic, for himself, his spouse and minor children;

    12. A survivor’s pension (monthly) for his surviving spouse who has not remarried, in the event of his death;

    13. An orphan’s pension (monthly) for his minor children, in the event of his death;

    14. A lump sum allowance for the surviving spouse who has not remarried, in the event of his death;

    15. A lump sum allowance for orphans.

     
    Unconscious of the Republic, “Momo” Modeste Mutinga Mutuishayi saved Alias ​​Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, with his accursed law which grants him privileges after 18 years of imposture on the throne of Congo … now, i want to start again with a so-called financial floor for Féix Tshilombo Bizimungu, thief of destiny of the Congolese people. Being an eater at every rack is an art. 

    Ndoki is Congo!

    #48410
    Congo
    Keymaster

    Sylvester Ilunga Ilunkamba 73 years old, the new Prime Minister!

    After 4 months of mismanagement, outrageous expenses of the Presidency of the Republic, Felix Tshilombo has screwed up $ 190 million! Before the ambassadors accredited in the Democratic Republic of the Congo, bluntly, he had declared “white smoke” was found. And on May 20, the day of the birth of MPR-Party-State of Marshal Mobutu, Felix Tshilombo named a 73-year-old Mobutist dinosaur: Sylvestre Ilunga Ilunkamba. The thuriféraires and coupagistes will incense this PhD in economics since 1979, he is well known in the academic world. He is a professor at the Faculty of Economics at the University of Kinshasa since 1979. Mobutist pure sugar, first as chief of staff of the Minister of Portfolio before being appointed deputy minister first at the Economy, at the Portfolio and twice in the Plan.

    Very strong our compatriot Africa Top Tweet, who in his tweet put on the public spot, the pages of the report of the commission of ill-gotten assets that pinned Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Felix Tshilombo, receiving ambassadors accredited to the Democratic Republic of Congo, had bluntly, he had found his white smoke, after 4 less waiting for the Congolese population. Sylvestre Ilunga Ilunkamba, the new Prime Minister of the Democratic Republic of the Congo, is a Mobutist dinosaur who is quoted DRC, number 38 among the looters of the former Zaire-DRC, in the report of ill-gotten Properties of the Conference National Sovereign of 1992 in Zaire which has 212 pages, Reference: CNS 92 eng BMA. In his chapter “Unjust enrichment”, the Mischief Goods Commission lists “persons subject to a special contribution for the reconstruction of the nation and the repatriation of half of their assets abroad, because of external signs of wealth related to their participation in the management of public property under the Second Republic and pre-transition “. Sylvestre Ilunga Ilunkamba was expected to repatriate dollars stashed outside.

    The Sovereign National Conference (SNA) was held from September 1991 to December 1992. The report is from June 1992. The WILD Committee comprised 129 members-55 from civil society, 36 from political parties, 33 from institutions public and 5 guests. It was responsible for investigating the most egregious cases of misappropriation of public property and the theft of private property during the reign of Mobutu.
    At the age of 73, Sylvestre Ilunga Ilunkamba is a pensioner who makes the resistance … In the DRC, politicians, politicians and ventriots are not entitled to retirement.

    #48411
    Congo
    Keymaster

    Felix Tshilombo appoints his uncle to a prestigious position

    Bishop Gérard Mulumba, 80, appointed head of the presidential civil house, by his nephew Félix Tshilombo

    We fought against all dictatorships in the Democratic Republic of Congo, to find ourselves with the same defects? The nepotism of Felix Tshilombo, is an evil that will eat away at the DRC. Nepotism is against meritocracy, harms democracy. It is a brake on economic development and the development of youth. Should we be silent in the face of this scourge of nepotism, the ploy, Clanism and clientelism that Tshilombo is erecting and reviving before us? Since his electoral appointment, Mr. 16%, after a deal, the presidency of the Democratic Republic of Congo is now a family, family … Guru of the Bena Mpuka, Taliban and Tribal-ethnic, he is not embarrassed . Félix Tshilombo Pétain Bizimungu is uninhibited by his outrageous tribalist, he displays it and the interview. After the appointment of his 110 advisers, all Kasaians to the presidency of the Republic, here he is again. He has just named, his uncle, Bishop Gérard Mulumba Kalemba, 80, Bishop Emeritus of the Diocese of Mweka in the province of Kasaï, head of the civilian house of the President of the Democratic Republic of Congo.

    Who says better ? Bena Mpuka and Taliban shout Bokomesana! They forget that the management of a country has its rules, values ​​and principles. And that the DRC, is the Republic. Felix Tshilombo Pétain Bizimungu, with his usurped power, is chief of the band. He knows he was never elected. Here is an individual, who has lived in Belgium for 30 years, foaming all the Nganda de Matongé in Brussels, named president after being beaten by two candidates: Martin Fayulu and Emmanuel Shadary, behaves as village chief, chieftain.

     
    The DRC remains a Republic. Exacerbating tribalism as it does now, the impostor-usurper increases dissatisfaction with his new regime.

    #48412
    Congo
    Keymaster

    Martin Fayulu remains the elected President of the Democratic Republic of Congo

    Martin Fayulu is and remains the elected President of the Democratic Republic of Congo. Victim of the theft of voices, flight of dreams, flight of hopes of the Congolese people, Felix Tshilombo Pétain Bizimungu, President Quado!

    Our national pizza maker named Sylvester Ilunga Ilunkamba, 73, as Prime Minister. Was it necessary to wait 4 months for Felix Tshilombo to find his “Antoine Gizenga”! In a semi-presidential regime, the head of government must be dynamic, man or woman on the ground, who must know how to meet the expectations of the population and arm themselves for modernity. Sylvestre Ilunga Ilunkamba, was since March 2014, Director General of the National Society of Railways of Congo (SNCC), but this moribund company does not even have a locomotive? 150 months of arrears to the SNCC! How many trains arrive on time? How many derailments? How many deaths because of these derailments? Without falling into blissful youth-ism, the Democratic Republic of the Congo needs a young, technocratic, patriotic prime minister who has never worked with either Mobutu or Mzée Laurent-Désiré Kabila or Alias ​​Kabila. Felix Tshilombo Pétain Bizimungu, who confuses a pizzeria with the Republic, does not know that there are headhunters.

    In a country with a crisis of acute legitimacy, with three presidents: Martin Fayulu, Felix Tshilombo Petain Bizimungu and Alias ​​Kabila, president left without leaving, the chief executive. During the Louis Michel 2006 election, to overcome his lack of legitimacy, Alias ​​Kabila who has always presented himself as an independent candidate. He had, with the assistance of the PPRD alliance with the PALU Antoine Gizenga. And it is the latter, who was appointed Prime Minister from 2006-2008. A PM who had not left the prime minister to go down on ground. Antoine Gizenga, who did not even know how to use a “Mpuku Me Fwa” computer, had never made a trip to the provinces. After 600 days he had forfeited and was replaced by his nephew, Adolphe Muzito.

     
    The appointment of Sylvestre Ilunga Ilunkamba as Prime Minister is a non-event. This is the continuity in the occupation.

    #48414
    Congo
    Keymaster

    ONU: 66è session, le Comité contre la Torture a clos la Torture. Qu'en est-il de la RDC?

    Le Comité contre la Torture à l’ONU !

    Il adopte ses observations finales sur les rapports de six pays : République démocratique du Congo, Mexique, Allemagne, Afrique du Sud, Bénin et Royaume-Uni !

    Le Comité contre la torture a conclu ce matin, à Genève, les travaux de sa soixante-sixième session, qui s’était ouverte le 23 avril dernier et à l’issue de laquelle il a adopté ses observations finales concernant l’application de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dans les six États parties dont les rapports ont été examinés durant cette session, à savoir la République démocratique du Congo, le Mexique, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, le Bénin et le Royaume-Uni.

    Ces observations finales seront disponibles sur la page Web consacrée aux travaux de cette session. Quant aux comptes rendus des séances publiques qui se sont tenues durant la session, ils sont à lire sur le site consacré aux communiqués de presse du Service de l’information des Nations Unies à Genève (cliquer en haut à droite de la page pour changer de langue et basculer vers les communiqués en français). Au cours de cette session, le Comité a aussi auditionné les organisations de la société civile en vue de l’examen des rapports des pays à l’ordre du jour. Il s’est en outre penché sur le suivi des articles 19 et 22 de la Convention (c’est-à-dire sur le suivi de ses observations finales, adoptées à l’issue de l’examen des rapports des Etats parties, et sur le suivi de ses constatations, adoptées à l’issue de l’examen des plaintes individuelles qui lui sont soumises), ainsi que sur la question des représailles à l’encontre de personnes cherchant à collaborer, collaborant ou ayant collaboré avec lui.

    Le Comité a par ailleurs adopté le rapport de son groupe de travail intersessions sur les communications, dans lequel figurent les décisions adoptées concernant 22 communications (ou plaintes individuelles) : la Convention a été considérée comme violée dans quatre cas ; aucune violation de la Convention n’a été constatée dans sept cas ; deux plaintes ont été déclarées irrecevables ; et neuf cas ont été classés.

    Durant cette session, le Comité a également entendu la présentation du dernier rapport annuel en date du Sous-Comité pour la prévention de la torture. Il s’est aussi entretenu avec le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la torture, le Groupe de travail sur la détention arbitraire, l’Initiative de la Convention contre la torture et le Groupe de travail sur les entreprises et les droits de l’homme.

    Ce matin, M. Sébastien Touzé, rapporteur du Comité, a présenté le projet de rapport annuel sur les activités menées entre mai 2018 et mai 2019, notamment l’examen de seize rapports de pays et de 54 communications individuelles. Parmi ces dernières, 25 ont fait l’objet de décision sur le fond, sept ont été jugées irrecevables et 22 ont été classées. Le Comité accuse néanmoins un retard de 160 requêtes à examiner, a précisé M. Touzé. Il a ajouté que la reconnaissance par 68 États de la compétence du Comité de recevoir des communications avait entraîné, pendant la période du rapport, une hausse importante des requêtes enregistrées et des demandes de mesures provisoires par les requérants (28 demandes acceptées sur 37 reçues).

    Dans ce contexte, la menace d’annulation par les Nations Unies, pour des raisons financières, de la troisième session du Comité, en novembre 2019, sera inscrite au rapport comme une préoccupation majeure pour le Comité, a dit le rapporteur.

    M. Touzé a insisté sur le fait que les activités du Comité sont très soutenues pendant et entre les sessions, et qu’une annulation de la session de novembre aurait des effets catastrophiques sur l’organisation des travaux.

    M. Jens Modvig, Président du Comité, a ensuite fait observer que le fait de réagir à la crise financière que traversent actuellement les Nations Unies en coupant dans le suivi obligatoire des engagements en matière de droits de l’homme donne un mauvais exemple et ne peut qu’inciter certains États, dont le bilan en matière de droits de l’homme exige d’être examiné de près, à échapper à leurs responsabilités. Une réaction plus efficace, a estimé M. Modvig, serait de protéger l’intégrité du système des organes de traités, ce qui enverrait un signal clair aux États que la surveillance juridique de leurs obligations en matière de droits de l’homme restera entière.

    Examen des rapports soumis par les États parties en application de l’article 19 de la Convention, selon la procédure facultative d’établissement des rapports

    Deuxièmes rapports périodiques des États parties attendus en 2009 République démocratique du Congo [Date de réception : 13 juillet 2017]

    * Le rapport initial de la République démocratique du Congo est paru sous la cote CAT/C/37/Add.6 ;

    il a été examiné par le Comité à ses 686e et 687e séances, les 21 et 22 novembre 2005 (CAT/C/SR.686 et 687). Pour son examen, voir les observations finales du Comité (CAT/C/DRC/CO/1).

    L’annexe au présent rapport peut être consultée dans les archives du secrétariat. Elle est également disponible sur le site Internet du Comité contre la torture.

    La version originale du présent document n’a pas été revue par les services d’édition. Nations Unies CAT/C/COD/2

    Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

    Distr. générale 11 septembre 2017

    Original : français Anglais, espagnol et français seulement

    Abréviations et sigles

    ANR Agence Nationale des Renseignements

    AVIFEM Agence National de lutte contre les Violences faites à la Femme, à la jeune et petite fille

    BCNUDH Bureau conjoint des Nations Unies pour les Droits de l’Homme

    CAP Cellule d’Appui aux Poursuites

    CENI Commission Électorale Nationale Indépendante

    CIDH Comité Interministériel des Droits de l’Homme

    CSM Conseil Supérieur de la Magistrature

    CSAC Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication

    CNDH Commission Nationale des Droits de l’Homme

    CPRK Centre Pénitentiaire de Rééducation de Kinshasa

    EPU Examen Périodique Universel

    FARDC Forces Armées de la République démocratique du Congo

    FNPSS Fonds National de Promotion et de Service Social

    INTS Institut National des Travailleurs Sociaux

    MONUSCO Mission des Nations-Unies pour la stabilisation au Congo

    OEV Orphelin et Enfant Vulnérable

    ONG Organisation Non Gouvernementale

    ONGDH Organisation Non Gouvernementale des Droits de l’Homme

    PNC Police Nationale Congolaise

    PTF Partenaire Technique et Financier

    RDC République démocratique du Congo

    SNVBG Stratégie Nationale de lutte contre les Violences sexuelles et Basées sur le Genre

    TGI Tribunal de Grande Instance

    TPE Tribunal pour Enfant

    TRICOM Tribunal de Commerce

    TRIVAIL Tribunal de Travail

    Introduction

    1. En vertu des dispositions de l’article 19 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la République démocratique du Congo avait soumis et défendu en 2005 son Rapport initial au Comité contre la torture.

    2. Le Deuxième Rapport périodique cumulé répond aux différentes questions formulées par le Comité contre la torture à l’endroit de la République démocratique du Congo ; il donne des informations détaillées sur toute mesure pertinente d’ordre législatif, administratif, judiciaire et autres qui a été prise depuis l’examen du précédent rapport en vue de mettre en œuvre les dispositions de la Convention ou pour donner effet aux recommandations du Comité.

    3. Quant à la méthodologie, le présent rapport périodique cumulé a été rédigé en consultation de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et de la Société civile.

    1. Veuillez indiquer quelles mesures ont été prises par le Gouvernement de la République démocratique du Congo afin d’intégrer dans sa législation interne une définition de la torture conforme à l’article 1er de la Convention, et criminaliser les actes de torture. En particulier, veuillez fournir des informations sur l’état d’avancement du projet de loi visant à ériger la torture en infraction pénale, déposé devant le Parlement depuis 2004, ainsi que sur toute proposition de loi introduite depuis 2005.

    4. Le Gouvernement de la République démocratique du Congo a, en 2011, intégré dans sa législation interne une définition de la torture conforme à l’article 1er de la Convention, et criminalisé les actes de torture.

    5. En effet, la loi no 11/008 du 9 juillet 2011 portant criminalisation de la torture dispose en son article 48 bis ce qui suit :

    « Tout fonctionnaire ou officier public, toute personne chargée d’un service public ou toute personne agissant sur son ordre ou son instigation, ou avec son consentement exprès ou tacite, qui aura intentionnellement infligé à une personne une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, aux fins d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit, sera puni de 5 à 10 ans de servitude pénale principale et d’une amende de 5.000 francs congolais à 100.000 francs congolais. Le coupable sera puni de 10 à 20 ans de servitude pénale principale et d’une amende de 100.000 francs congolais à 200.000 francs congolais lorsque les faits prévus auront causé à la victime un traumatisme grave, une maladie, une incapacité permanente de travail, une déficience physique ou psychologique, ou lorsque la victime est une femme enceinte, un mineur d’âge ou une personne de 3e âge ou vivant avec handicap. Il sera puni de servitude pénale à perpétuité lorsque les mêmes faits auront causé la mort de la victime ».

    6. Cette loi a été publiée au Journal officiel n o 14 du 15 juillet 2011. Elle est l’aboutissement du projet de loi déposé au Parlement en 2004.

    2. Veuillez fournir des informations à jour sur la coopération entre les autorités gouvernementales et la société civile dans la promotion et la protection des droits de l’homme en particulier dans la lutte contre la torture.

    7. La RDC entretient une coopération étroite avec les organisations de la société civile qu’elle associe à toutes les activités de promotion et de protection des droits de l’homme, même dans les réformes des forces de défense et sécurité, ainsi celles que de la justice.

    8. Les membres de ces organisations de la société civile font partie des structures officielles ci-après : • La Commission Nationale des Droits de l’Homme, instituée par la loi n o 13/011 du 21 mars 2013 ;

    • L’entité de Liaison des Droits de l’Homme en République démocratique du Congo, créée par le Décret n o 09/35 du 12 août 2009 ;

    • La Cellule de Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, mise en place par l’Arrêté ministériel n o 219/CAB/MIN J&DH/2011 du 13 juin 2011.

    9. Toutes ces structures ont, dans leurs attributions, la promotion et la protection des droits de l’homme. Elles participent aux activités de sensibilisation des différents acteurs dans la lutte contre la torture.

    10. La RDC entretien la collaboration avec les ONGs lors de l’élaboration de la loi criminalisant la torture de même qu’elle participe à la vulgarisation de cette loi. De même à tous les rapports à présenter à l’EPU et aux organes de traiter.

    11. La société civile participe également à toutes les étapes de l’élaboration du rapport EPU et du suivi de la mise en œuvre des recommandations acceptées par la RDC.

    12. De même, elle participe à la validation de tous les rapports des droits de l’homme, tant de l’EPU que des organes de traités.

    13. D’autre part, les ONGs impliquent les Autorités gouvernementales dans l’organisation de leurs activités, notamment les tables rondes, les forums en matière des droits de l’homme.

    3. Veuillez indiquer les mesures prises pour prévenir la détention arbitraire, la torture et les traitements cruels, inhumains ou dégradants ; et, éliminer l’impunité des auteurs présumés de ces actes, notamment au moyen d’enquête approfondie, d’incrimination de leurs auteurs et d’indemnisation des victimes.

    14. Pour prévenir la détention arbitraire, la torture et les traitements cruels, inhumains ou dégradants, la RDC mène des actions suivantes :

    • Formation de 350 Officiers pairs formateurs en matière des droits de l’homme et droit international humanitaire par le Service d’Education Civique et d’Actions Sociales des FARDC, dans les différentes régions militaires ;

    • Intégration de l’enseignement des droits de l’homme et droit international humanitaire dans l’Académie Militaire de Kananga et dans l’Ecole d’État-Major de Kinshasa ;

    • Organisation régulière des sessions de formation en faveur, notamment des magistrats et des auxiliaires de Justice par le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants et le Ministère de la Justice et Droits Humains, avec l’appui des partenaires internationaux et nationaux (MONUSCO et autres) ;

    • Adoption par le Conseil d’Administration des Universités du Congo, organe compétent en matière d’élaboration des programmes dans les Universités, d’un cursus de Droit des droits de l’homme dans les Facultés de Droit ;

    • Organisation, par le Ministère de la Justice et Droits Humains, de juillet 2012 à novembre 2013, d’une campagne nationale de vulgarisation de la loi portant criminalisation de la torture en faveur des forces de défense et sécurité ainsi que des responsables des services pénitentiaires (33 campagnes de sensibilisation ayant touché 11 chefs-lieux et 2 villes des anciennes provinces) ;

    • Renforcement des capacités des professionnels de médias en matière des droits de l’homme au profit des membres de l’ONG Journalistes pour les Droits humains en novembre 2015 ;

    • Monitoring des cachots, maisons d’arrêt et prisons, par le Ministère de la Justice et Droits Humains, en collaboration avec le BCNUDH, de 2013 à ce jour ;

    • Renforcement des capacités des officiers de police judiciaire sur les droits des personnes arrêtées, en collaboration avec le BCNUDH et la société civile.

    15. Pour éliminer l’impunité des auteurs présumés des actes de torture, notamment au moyen d’enquête approfondie, d’incrimination de leurs auteurs et d’indemnisation des victimes, il y a lieu d’indiquer les mesures suivantes prises par les différentes Autorités du pays :

    • La loi n o 11/008 du 9 juillet 2011 portant criminalisation de la torture ;

    • La Directive n o AG/0793/10 du 23 juin 2010 sur la torture, de l’Auditeur Général des FARDC, instruisant les chefs d’offices du Ministère public militaire d’ouvrir des enquêtes systématiques sur tous cas de torture ou de maltraitance ;

    • Lettre n o 0905/PNC/CiatGen/084/SVJur&Cont/2015 du 7 mai 2015 portant humanisation des services du Commissaire Général de la Police nationale congolaise ;

    • L’instruction, par la lettre n o 1981/PNC/CG/COMDT/2014 du 16 juillet 2014, du Commissaire Général de la PNC, à tous les commandants d’unités, chefs de pool de veiller au strict respect de la légalité des actes posés par ces derniers dans le cadre des procédures judiciaires ouvertes dans leurs offices, notamment la torture.

    16. Il importe de signaler, à titre illustratif, qu’au moins cinq militaires des FARDC, cinq Agents de la Police nationale congolaise, un agent de l’ANR et une Autorité administrative ont été condamnés pour avoir pratiqué ou encouragé la torture et des peines allant, de six mois d’emprisonnement à la prison à vie ont été prononcées par les Tribunaux des ex Provinces du Bas-Congo, de l’Equateur, du Kasaï-Occidental, du Kasaï-Oriental, du Katanga et du Maniema.

    17. Néanmoins, il y a nécessité d’organiser des formations spécifiques, au profit des OPJ et des magistrats, sur l’enquête judiciaire en matière de torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

    4. Compte tenu de la dégradation des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire de la RDC (allégations d’arrestations arbitraires et massives, de torture, de viols et de mauvais traitements), veuillez indiquer comment l’État partie entend élaborer un plan cohérent visant à assurer la sécurité sur son territoire, en particulier dans l’Est du pays, et à prévenir l’incidence de ces actes.

    18. Pour assurer la sécurité sur son territoire, en particulier dans l’Est du pays, et à prévenir l’incidence de ces actes, la RDC a conçu et élaboré un certain nombre de Programmes d’Actions parmi lesquels figurent :

    • Opérations KIMIA, pour pacifier les territoires repris aux forces négatives ;

    • Programme AMANI LEO, pour la protection des civils et la lutte contre les rebelles HUTU des FDLR à l’Est du pays ;

    • Programme DDR1, DDR 2 & 3 ;

    • Programme STAREC qui, depuis 2009, vise la stabilisation et la restauration des régions affectées par des conflits armés, en remplacement du Programme AMANI. Il comprend trois volets : la sécurité, l’humanitaire et l’économie. Le volet sécuritaire tient à résoudre la question de l’insécurité, par le déploiement de la Police et de l’Armée, et permettre ainsi au Gouvernement de retrouver ses prérogatives régaliennes, par la restauration de l’autorité de l’État. Dans la mise en œuvre effective de ce dernier programme, la RDC a créé et installé dans les territoires libérés de l’emprise des groupes armés à l’Est du pays, une administration civile et des unités de la Police Spéciale de protection de la femme et de l’enfant. Opérationnelles dans cette partie du pays, ces unités sont en train d’être installées sur toute l’étendue du territoire national.

    19. En outre, au plan politique et diplomatique, plusieurs initiatives ont été prises et ont conduit à la signature des accords, en l’occurrence l’accord pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région communément appelé « Accord cadre d’Addis-Abeba », conclu en date du 24 février 2013, et les Déclarations de Nairobi le 12 décembre 2013.

    20. Dans le même contexte, il a été mis sur pied, par ordonnance n o 13/020, signée par le Président de la République, en date du 13 mai 2013, un mécanisme national de suivi et de supervision des engagements souscrits aux termes de l’Accord précité. Il en est de même des concertations nationales tenues à Kinshasa, du 6 septembre au 6 octobre 2013 et de la mise en place consécutive du Comité de suivi des recommandations desdites concertations.

    21. Par ailleurs, dans le cadre de la MONUSCO, une brigade d’intervention rapide a été mise sur pied, pour combattre les groupes armés en RDC, suivant la résolution 20/98 du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

    22. Quant au volet militaire, la réforme du secteur de la Défense, menée avec l’appui des partenaires internationaux, a permis de restructurer notre outil de défense, qui a abouti à la destruction des forces négatives du M23 en décembre 2013 et à la restauration de l’autorité de l’État dans les zones jadis occupées.

    23. Aussi, la réforme de la Justice, de la Police et des Services de sécurité en cours, entre dans le même cadre.

    5. Veuillez indiquer les mesures prises pour que tout lieu de détention soit sous autorité judiciaire, en accord avec la décision présidentielle du 8 mars 2001. Veuillez indiquer si les lieux de détention suivants, entre autres, sont déjà sous contrôle judiciaire :

    a) Le cachot de la Garde républicaine à la Botte ;

    b) Le cachot du camp Saïo ;

    c) Le cachot de la 10e Région militaire du Sud-Kivu ;

    d) Le cachot de l’ANR à Bukavu.

    24. Quelques mesures ont prises notamment la Constitution du 18 février 2006 telle que modifiée et complétée à ce jour en son article 149 qui consacre l’indépendance du pouvoir judiciaire et les lois dont :

    • La loi n o 11/008 du 9 juillet 2011 portant criminalisation de la torture ;

    • La Directive n o AG/0793/10 du 23 juin 2010 sur la torture, de l’Auditeur Général des FARDC, instruisant les chefs d’offices du Ministère public militaire d’ouvrir des enquêtes systématiques sur tous cas de torture ou de maltraitance ;

    • Lettre no 0905/PNC/CiatGen/084/SVJur&Cont/2015 du 7 mai 2015 portant humanisation des services du Commissaire Général de la Police nationale congolaise.

    25. Tous les lieux hautement cités sont sous contrôle des instances judiciaires.

    6. Veuillez fournir des informations sur les mesures prises pour fermer tous les lieux ou centres de rétention non autorisés.

    26. Il n’existe plus des Centres de détention non autorisés en RDC conformément à l’ordonnance présidentielle du 8 mars 2001 et les mesures citées au point 5.

    7. Veuillez indiquer les mesures prises visant à renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire et former les magistrats afin d’améliorer l’efficacité des enquêtes et l’adoption des décisions judiciaires conformes aux normes internationales applicables en la matière. A cet effet, veuillez indiquer si les projets de loi sur le Statut des magistrats et le Conseil Supérieur de la Magistrature ont été adoptés. Dans le cas contraire, veuillez en expliquer les raisons.

    27. En RDC, le principe de l’indépendance de la Magistrature est consacré dans la Constitution du 18 février 2006, telle que modifiée et complétée le 20 février 2011, en son article 149, qui énonce : « le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif ».

    Ce principe est renforcé par la composition du Conseil supérieur de la Magistrature, unique organe de gestion du pouvoir judiciaire, exclusivement constitué des magistrats (article 152 de la Constitution). 28. En ce qui concerne les lois sur le statut des magistrats et sur le Conseil Supérieur de la Magistrature, elles ont été adoptées et promulguées.

    29. Il s’agit de la loi organique n o 06/020 du 10 octobre 2006 portant statut des magistrats, telle que modifiée et complétée en 2015, et de la loi organique n o 08/013 du 5 août 2008 portant organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Magistrature.

    30. Quant à la loi organique n o 13/011-B du 11 avril 2013 portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l’ordre judiciaire, elle a attribué compétence aux juridictions civiles (Cours d’appel) de connaître des crimes relevant de la compétence de la Cour Pénale Internationale.

    31. En outre, pour renforcer l’indépendance des magistrats, les actions suivantes ont été entreprises :

    • Éclatement de la Cour Suprême de Justice en 3 nouvelles Cours, à savoir : le Conseil d’État, la Cour de cassation et la Cour constitutionnelle ;

    • Loi organique no 13/010 du 19 février 2013 relative à la procédure devant la Cour de cassation ;

    • Loi organique n o 13/026 du 15 octobre 2013 portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle ;

    • Loi organique portant organisation et fonctionnement du Conseil d’État ;

    • Recrutement de 2000 nouveaux magistrats en 2010-2011 ;

    • Création et installation des tribunaux spécialisés, notamment les tribunaux de commerce, de travail et pour enfants ;

    • Création depuis 2012 d’une cellule d’appui aux poursuites (CAP) de la MONUSCO qui appuie la justice militaire en RDC ;

    • Nomination, par ordonnances présidentielles du 1er juin 2013, des Magistrats pour rendre opérationnels les tribunaux de paix.

    32. S’agissant de la formation des magistrats, l’Ecole supérieure de la magistrature prévue par l’article 4 de la loi organique portant statut des magistrats est en construction. En attendant, des formations ponctuelles sont organisées par le Conseil supérieur de la magistrature, avec l’appui des partenaires techniques et financiers (PTF).

    33. Le Ministre des droits humains a pris en compte la problématique de la formation des magistrats et amélioration des enquêtes relatives aux actes de torture dans le Plan intégré de mise en œuvre des Recommandations de l’’EPU et des Organes de traité.

    8. Existe-t-il un projet de loi visant à établir une Institution nationale indépendante destinée à la promotion et à la protection des droits de l’homme, afin de remplacer l’observatoire national des droits de l’homme ?

    34. La RDC a créé la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) par la loi organique n o 13/011 du 21 mars 2013, conformément aux principes de Paris. Les animateurs de la CNDH ont été choisis par leurs pairs, approuvés par l’Assemblée nationale, nommés par le Président de la République, et ont prêté serment devant la Cour Constitutionnelle, en juillet 2015.

    35. Le budget de la CNDH, émarge au Budget national.

    36. Elle a pour attributions :

    • Enquêter sur tous les cas de violations des droits de l’homme ;

    • Orienter les plaignants et victimes et les aider à ester en justice sur toutes les violations avérées des droits de l’homme ;

    • Procéder à des visites périodiques des centres pénitentiaires et de détention sur toute l’étendue de la RDC ;

    • Veiller au respect de droits de la femme et de l’enfant ;

    • Veiller au respect des droits des personnes avec handicap ;

    • Veiller au respect des droits des personnes du troisième âge, des personnes victimes des calamités de tout genre et des autres groupes vulnérables ;

    • Faire connaître aux citoyens leurs droits fondamentaux ;

    • Concourir à la promotion de l’éducation civique et de la culture des droits de l’homme pour une meilleure conscience citoyenne ;

    • Renforcer les capacités d’intervention des associations de défense des droits de l’homme ;

    • Veiller à l’application des normes juridiques nationales et des instruments juridiques régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme dûment ratifiés par la RDC ;

    • Régler certains cas de violation des droits de l’homme par la conciliation ;

    • Formuler des recommandations pour la ratification des « instruments juridiques régionaux et internationaux des droits de l’homme » ;

    • Promouvoir et veiller à l’harmonisation de la législation, des règlements et des pratiques nationaux avec les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme dûment ratifiés par la RDC ;

    • Dresser des rapports sur l’état d’application des normes nationales et des instruments juridiques internationaux en matière des droits de l’homme ;

    • Contribuer à la préparation des rapports que la RDC présente devant les organisations internationales, en application de ses obligations conventionnelles dans le domaine des droits de l’homme ;

    • Examiner la législation interne relative aux droits de l’homme et faire des recommandations pour son ordonnancement législatif ;

    • Émettre des avis et faire des propositions au Parlement, au Gouvernement et aux autres institutions concernant les questions relatives à la promotion et à la protection des droits de l’homme ainsi qu’au droit international humanitaire et à l’action humanitaire ;

    • Développer des réseaux et des relations de coopération avec les institutions de la République, les organisations locales, nationales et internationales poursuivant les mêmes objectifs ;

    • Exercer toute autre attribution ou activité rentrant dans le cadre de sa mission.

    9. Veuillez indiquer les mesures prises pour s’assurer que les juridictions militaires se cantonnent à juger uniquement des militaires pour des infractions militaires, et ceci en accord avec les dispositions applicables en la matière. À cet effet, veuillez fournir des explications sur la comparution de civils devant des tribunaux militaires.

    37. En RDC, les juridictions militaires ne sont plus compétentes pour juger les civiles en vertu de l’art. 156 de la Constitution du 18 février 2006.

    38. En application de ce principe constitutionnel, la loi organique n o 13/011-B du 11 avril 2013 portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l’ordre judiciaire a donné compétences aux Cours d’appel de juger des personnes civiles poursuivies pour crimes de guerre, de génocide et crimes contre l’humanité qui, auparavant, relevaient exclusivement des juridictions militaires.

    10. Quelles ont été les mesures administratives ou législatives prises pour instruire les agents étatiques et les éléments des forces de sécurité (FARDC, PNC, services de renseignements, etc.) de l’interdiction de recourir à la torture et aux traitements cruels, inhumains et dégradants au cours des interrogatoires et de la détention.

    39. Le principe de l’interdiction de la torture est constitutionnel :

    • Article 16 alinéas 1 et 4 « La personne humaine est sacrée. L’État a l’obligation de la respecter et de la protéger. Nul ne peut être soumis à un traitement cruel, inhumain ou dégradant. » ;

    • Article 61 point 2 « En aucun cas, et même lorsque l’état de siège ou l’état d’urgence aura été proclamé, conformément aux articles 85 et 86 de la présente constitution, il ne peut être dérogé aux droits et principes fondamentaux énumérés ci-après : … l’interdiction de la torture et des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

    40. Pour mettre en application ce principe constitutionnel interdisant la torture, la loi criminalisant la torture évoquée au point 1 a été promulguée.

    41. En plus, l’Auditeur Général près la Haute Cour militaire a pris la Directive n o AG/0793/10 du 23 juin 2010, instruisant les chefs d’offices du Ministère public militaire d’ouvrir désormais des enquêtes systématiques sur tout cas de torture ou de maltraitance et ce, conformément aux instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux liés à ce sujet.

    42. De même, le Commissaire Général de la PNC a donné instruction, par sa lettre n o 1981/PNC/CG/COMDT/2014 du 16 juillet 2014, à tous les commandants d’unités, chefs de pool de veiller au strict respect de la légalité des actes posés par ces derniers dans le cadre des procédures judiciaires ouvertes dans leurs offices, notamment les actes de torture et celle n o 0905/PNC/CiatGen/084/SvJur&Cont/2015 du 7 mai 2015 rappelant la Note n o 25 CAB/VPM/MININTERSEC/785/2015 du 20 mars 2015 instruisant tous les Commissaires provinciaux, Directeurs-Chefs de services centraux et les Commandants des formations nationales spécialisées sur l’humanisation des services (documents en annexe).

    43. Aussi, dans le souci de renforcer l’appropriation de cette loi, directive et instruction susmentionnées par les services ayant en charge l’application des lois, le gouvernement de la RDC, en collaboration avec le BCNUDH a et continue à mener les campagnes de sensibilisation auprès des agents et cadres des forces de défense et de sécurité ainsi que du personnel judiciaire, cela depuis 2012, à travers le Programme national de sensibilisation et de vulgarisation de la loi criminalisant la torture.

    44. Enfin, de 2013 à ce jour, toujours en collaboration avec le BCNUDH, le Ministère de la Justice et Droits Humains organise régulièrement les missions de monitoring des cachots, amigos, maisons d’arrêt et prisons et de renforcement de capacités en droits de l’homme des agents et fonctionnaires des services publics en province. Lors de ces missions de monitoring, le Gouvernement renforce la capacité des Officiers de police judiciaire sur leur rôle dans le souci de s’assurer de bonnes conditions sociales des détenus, la RDC a procédé en février 2017 au lancement du monitoring en milieu carcéral et cela en vue d’exécuter l’instruction relative à la relaxation de 51 prisonniers victimes de l’arbitraire ou de la non-exécution de la grâce présidentielle.

    11. Veuillez fournir des informations sur les mesures législatives et administratives prises pour assurer la protection des populations civiles dans les zones de conflits armés, notamment celles des femmes et des enfants contre les violences sexuelles et le viol. L’État partie dispose-t-il d’une stratégie pour lutter contre le viol systématique comme arme de guerre, et par conséquent comme forme de torture, et assurer la réadaptation des victimes de ces actes.

    45. La RDC a pris des initiatives suivantes en vue d’assurer la protection des populations civiles dans les zones de conflits armés, notamment celles des femmes et des enfants contre les violences sexuelles et le viol :

    1) Mesures législatives :

    • Constitution du 18 février 2006 telle que modifiée et complétée en février 2011, qui, en son article 15 alinéa 1 énonce : « les pouvoirs publics veillent à l’élimination des violences sexuelles ». En plus, l’article 14, alinéa 3 dispose que : « les pouvoirs publics prennent des mesures pour lutter contre toutes formes de violences faites à la femme dans la vie publique et dans la vie privée » ;

    • Loi n o 13/013 du 1er juin 2013 portant statut du personnel de carrière de la Police nationale en son art. 48 stipule : « Dans l’accomplissement des missions, le policier doit respecter et protéger la dignité humaine, défendre et protéger les droits de l’homme, le droit humanitaire ainsi que les droits et libertés fondamentaux de l’individu, conformément aux normes nationales et internationales en vigueur. Il doit veiller particulièrement à la protection des droits de la personne vulnérable, de la femme et de l’enfant, en tout temps et en tout lieu. Il ne peut ni se livrer, ni infliger, ni provoquer, ni tolérer des actes de torture, des peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants pour quelque raison que ce soit. » ;

    • Loi n o 06/018 du 20 juillet 2006 modifiant et complétant le décret du 30 janvier 1940 portant code pénal congolais et la loi n o 06/019 du 20 juillet 2006 modifiant et complétant le décret du 6 août 1959 portant code de procédure pénale congolais, dites lois sur les violences sexuelles ;

    • Loi n o 09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant, qui a renforcé les peines lorsque la victime de violences sexuelles est un enfant (articles 169 à 184).

    2) Mesures réglementaires :

    • Décret n o 11/01 du 5 janvier 2011 fixant les sièges ordinaires et ressort des tribunaux pour enfant ;

    • Décret n o 13/008 du 23 janvier 2013 portant mise en place du cadre de concertation humanitaire national ;

    • Arrêté ministériel n o 063/CAB.MIN.AFF.SAH.SN/2012 du 17 septembre 2012 portant création, organisation et fonctionnement du Corps des assistants sociaux en RDC.

    46. La RDC a, en 2009, élaboré la Stratégie Nationale de lutte contre les Violences sexuelles basées sur le Genre (SNVBG) ainsi que son Plan d’action. Cette stratégie est mise en œuvre à travers 5 programmes nationaux couvrant chacun des éléments respectifs avec des objectifs spécifiques ci-après :

    • La lutte contre l’impunité ;

    • La prévention et la protection ;

    • La réforme du secteur de sécurité et violences sexuelles ;

    • L’assistance multisectorielle en faveur des survivants ;

    • Les données et cartographie.

    47. Par cette stratégie, il a été mis en place un mécanisme de prise en charge holistique des victimes qui s’articule sur la prise en charge :

    • Médico-sanitaire ;

    • Psychologique ;

    • Juridique et judiciaire ;

    • Réinsertion socioéconomique.

    48. La nomination du Représentant personnel du Chef de l’État en matière des violences sexuelles et recrutement d’enfants rentre également dans le cadre de stratégie de lutte contre les violences faites à la femme et à l’enfant dans le contexte des conflits armés.

    49. De même, du 25 au 28 juillet 2012, il s’est tenu à Kinshasa, la consultation de haut niveau des Ministres de la Justice et du Genre de la région des Grands Lacs sur les VSBG. Les pays membres ont adopté, s’agissant particulièrement de la déclaration de Kampala, la campagne « Tolérance zéro maintenant » des VSBG dans la région des Grands Lacs.

    50. La RDC poursuit ses efforts dans la lutte contre la traite des personnes et des violences à l’égard des femmes et des enfants à travers notamment l’Agence Nationale de Lutte contre les violences faites à la Femme, à la Jeune et Petite fille (AVIFEM), créée par Décret n o 09/38 du 10 octobre 2009 et le Fonds de promotion pour la femme et l’enfant (FONAFEN).

    51. Dans le but de donner effet aux engagements pris à l’échelle régionale et internationale dans la lutte contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes, la RDC a mis en place : la Politique Nationale du Genre ; l’adoption du plan régional sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 ; le plan d’action pour l’application de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies ; Comités Techniques National, Provinciaux et locaux conjoints de Coordination de Lutte contre les Violences Sexuelles (CTC) et Synergies provinciales et locales de lutte contre les violences sexuelles (CPLVS).

    52. Dans ce domaine, un Plan d’actions pour la lutte contre le recrutement et l’utilisation d’enfants ainsi que les autres violations graves des droits de l’enfant par les forces armées et les services de sécurité de la RDC a été conjointement signé par la RDC et l’équipe Spéciale des Nations-Unies sur les enfants et les conflits armés en date du 4 octobre 2012.

    12. Quelles sont les mesures pratiques mises en place dans les cas de violences sexuelles pour lutter contre les règlements à l’amiable au niveau de la famille, des notables traditionnels, des autorités administratives locales, de la Police ou encore du parquet/auditorat et s’assurer que les auteurs soient sanctionnés de manière proportionnelle à la gravité des actes commis ?

    53. A la lecture des articles 14 et 15 de la Constitution, cités au point 11 ci-dessus, les règlements à l’amiable en matière de violences sexuelles en RDC sont inopérants.

    54. La volonté du législateur de renforcer la répression des violences sexuelles, en mettant fin à leur impunité est affirmée dans les lois sur les violences sexuelles par le taux des peines plus sévères qui y sont prévues.

    55. Au demeurant, des campagnes de sensibilisation régulières sont menées à travers les médias, auprès des responsables des confessions religieuses, leaders d’opinions, chefs coutumiers, agents de la PNC, pour dissuader les éventuels recours au règlement à l’amiable.

    13. Veuillez indiquer le nombre de forces et de services de sécurité dotés de pouvoirs d’arrestation, de détention et d’enquête ainsi que les mesures prises pour que la Police reste la principale institution responsable de l’application des lois.

    56. Pour les missions spécifiques ayant trait, notamment à la sécurité de l’État et à la surveillance des frontières, les services ci-après interviennent :

    • Les FARDC (services de renseignements militaires) ;

    • L’Agence Nationale de Renseignement (ANR) ;

    • La Direction Générale de Migration (DGM) ;

    • La Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA).

    57. L’article 182 de la Constitution confère à la PNC la mission d’assurer la sécurité publique, la sécurité des personnes et de leurs biens, du maintien et du rétablissement de l’ordre public.

    14. Veuillez indiquer :

    a) Le nombre moyen d’affaires en Instance de jugement par juge à différents niveaux du système judiciaire, relative à des plaintes pour torture ou traitement cruel, inhumain ou dégradant ;

    b) Le nombre d’agent de police et de sécurité pour 100 000 habitants ainsi que leur répartition sur le territoire de l’État partie ;

    c) Le nombre de procureurs et de juges pour 100 000 habitants ainsi que leur répartition sur le territoire de l’État partie ;

    58. La cartographie des procureurs et des juges de la RDC est reprise en annexe.

    Tableau synthese juges en RDC

    RESSORT : A,TRICOM,TRITRAV, TGI,TRIPAIX & TPE 1

    er Président Président

    Juges

    permanents Conseillés

    Total 14 301 1010 370

    Total général 1 695

    Ratio des juges pour 100 000 habitants 1,7%

    Source : CSM.

    59. Les détails en annexe 1.

    d) La proportion des personnes accusées et détenues demandant une assistance judiciaire gratuite qui la reçoivent effectivement.

    60. D’une façon générale, la plus part des accusés et détenus ignorent la procédure d’obtention de certificat d’indigence et ne sollicitent pas souvent les services de consultation gratuite qui existent dans chaque barreau à travers le pays.

    15. Veuillez indiquer les mesures prises pour accélérer le processus de désarmement des milices et groupes armés notamment les Forces démocratiques de libération du Rwanda, les Interahamwe, les Rastas, les Maï-Maï et autres groupes, ainsi que l’a recommandé l’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en RDC, dans son rapport au Conseil des droits de l’homme en date du 21 février 2007 (A/HRC/4/7, page 2).

    61. Outre, les éléments d’informations fournis au point 4, ci-dessus, il y a lieu de noter que les opérations SUKOLA 1 et 2 des FARDC ont été menées pour traquer toutes les forces négatives, notamment les FDLR, ADF NALU, Maï-Maï, RAIYA MUTOMBOKI et autres. Dans cette optique, suivant le volet désarmement volontaire … des éléments des FDLR et autres groupes armés ont rendu des armes et sont cantonnés loin des frontières de l’Est. Article 3

    16. Veuillez fournir des informations sur la législation en vigueur dans l’État partie en ce qui concerne l’expulsion, le refoulement ou l’extradition de ressortissants étrangers vers un pays tiers, notamment dans le cas où il y a des motifs sérieux de croire que ces personnes risquent d’être soumises à la torture.

    62. Outre ce qui a été dit dans le Rapport initial (CAT/C/37/Add.6 du 2 avril 2005, dans ses paragraphes 61 et 62), la Constitution de 2006 telle que modifiée et complétée en 2011, en son article 33 alinéa 5 stipule : « En aucun cas, nul ne peut être acheminé vers le territoire d’un État dans lequel il risque la torture, des peines ou des traitements cruels, dégradants et inhumains ». Articles 5, 6, 7 et 8

    17. Veuillez fournir des informations sur les mesures prises pour établir la compétence de l’État partie sur des actes de torture, lorsque l’auteur présumé se trouve sur tout territoire sous sa juridiction, dans le but soit de l’extrader ou de le poursuivre.

    63. En plus de ce qui a été dit dans le Rapport initial (CAT/C/37/Add.6 du 2 avril 2005 dans ses paragraphes 92-103), les peines prévues par la loi criminalisant la torture (10 à 20 ans ou perpétuité selon les cas) permettent l’application de l’article 3 du code pénal qui dispose :

    « Toute personne qui, hors du territoire de la République démocratique du Congo, s’est rendue coupable d’une infraction pour laquelle la loi congolaise prévoit une peine de servitude pénale de plus de deux mois, peut être poursuivie et jugée au Congo, sauf application des dispositions légales sur l’extradition. La poursuite ne peut être intentée qu’à la requête du ministère public. Quand l’infraction est commise contre un particulier et que la peine maximum prévue par la loi congolaise est de cinq ans de servitude p